Artiste, plasticien sonore, musicien diplômé de l’école supérieure des arts visuels de Mons (Belgique) d'ARTS2,  Stéphane Kozik travaille essentiellement sur des installations interactives, des performances audio-visuelles et musicales, des courts métrages. . . Sa démarche se veut pluridisciplinaire, sensible, sensorielle, poétique et ludique.

Il appréhende dans ses œuvres le réel de manière surnaturelle, bien souvent en le mettant en vibration, en résonance, en harmonie, en dissonance, en rythme...

Que ce soit sous forme de performances, d’installations ou encore de vidéos il crée, transforme des espaces pour questionner nos rapports au monde.

 

Le son et la musique ont un pouvoir émotionnel très puissant, ils produisent des sensations viscérales mais également des images mentales qui nous plongent dans une sorte d’errance ou de voyage de l’Esprit et du corps. Il utilise ce savoir pour expérimenter à travers ses œuvres pluridisciplinaires un cinéma pour les oreilles et les sens.

En 2010 il créer avec Perrine Joveniaux le collectif d'expérimentation sonore et numérique autour de la nature et du vivant "LIVESCAPE" . Accompagnée de leur poule soliste et de leurs instruments des plus atypiques tels que des légumes synthétiseurs, ils participent en deux ans à plus d'une vingtaine d'événements (Sat
Montréal, parc de St Cloud Paris, Hongrie. . . )

En 2012 en compagnie d'Arnaud Eckhout il créer le projet audio déjanté Digital Breakfast, programmé notamment au festival Les bains numériques et les nuits sonores.

En 2013 il créer avec les danseuses et Chorégraphes Hongroises Julia Hadi et Virag Arany, ainsi que le vidéaste plasticien Damien Pairon, le projet de performance Bodyscape. Cette performance fut programmée notamment au Festival Periferias (Espagne) et sera jouée en Octobre prochain au théâtre Trafó de Budapest (Hongrie)..

Fort de ces expériences , il explore le son et la musique alliés aux Arts plastiques également lors de performances et créations sonores personnelles.