En 2018, le Palais abbatial de Saint-Hubert et le Musée des Fourneaux Saint-Michel ont offert à Stephane Kozik l’opportunité de piocher dans la réserve du Musée des éléments qui pourraient l’intéresser en vue d’une création plastique sonore. L’artiste sonore s’est dirigé vers une vieille machine agricole qui porte le nom de « râteleuse » et qui servait à gratter la terre.

Stephane Kozik co-fonde Livescape en 2009 avec l’artiste plasticienne Perrine Joveniaux. Ce projet réunit dans une performance inédite la nature, la machine et l’humain. Expérience sonore et visuelle qui se veut avant tout sensorielle, plongeant le spectateur en immersion totale dans un univers proche des films d’anticipation.

Ce petit film réalisé en 2013, dans la région d’Aragon, Espagne, en compagnie de la chorégraphe et danseuse Hongroise Julia Hadi, s’inscrit dans la suite de mes recherches sonores et musicales autour de la nature et du vivant. Cette réalisation audio visuelle expérimentale, s’empare du caractère sauvage et inquiétant de ce rassemblement de plus de 500 vautours pour évoquer les mythes que véhiculent cet oiseau. 

Stephane Kozik nous montre ici son nouveau dispositif (en cours de création) de performance audio-vi- suelle Robot-Scope. Il tente une expérience immersive, sonore et visuelle presque cinématographique, dans laquelle deux robots munis de lasers révèlent les paysages microscopiques enfouis à l’intérieur d’objets constitués de matières translucides telles que le verre, le cristal, le plastique. 

Pour l’édition 2017 du Festival “Les Rutilants”, Stephane Kozik propose une série de performances musicales créées tout spécialement pour l’événement. Comme point de départ, il utilise les machines du site d’anciens charbonnages du Puit 9 Bis à Oignies pour explorer le potentiel sonore des lieux. 

Bodyscape est une performance pluridisciplinaire alliant: vidéo, danse contemporaine, théâtre, musique électronique et expérimentale... Les acteurs de cette performance sont placés au centre d'une installation interactive, espace réduit, qui servira de toile de fond à cette représentation qui se vit comme un véritable petit film en temps réel.

Digital breakfast est une création audio déjantée qui allie nature morte, pop art, arts numériques, musique concrète et musique électronique. Dans cette installation, le mobilier d’une table de petit déjeuner devient interprète d’une musique électro-ménagère. De nombreux moteurs dissimulés dans les différents objets, les font bouger, s’entrechoquer, tourner, sauter, afin de créer des sons.