Stephane Kozik nous montre ici son nouveau dispositif (en cours de création) de performance audio-vi- suelle Robot-Scope. Il tente une expérience immersive, sonore et visuelle presque cinématographique, dans laquelle deux robots munis de lasers révèlent les paysages microscopiques enfouis à l’intérieur d’objets constitués de matières translucides telles que le verre, le cristal, le plastique. 

En mettant en scène ces outils contemporains de production industrielle pour les questionner, Stephane Kozik utilise ce dispositif futuriste pour composer des rapports images/sons puissants et envoutants. 

 

 

 

Mundaneum, Mons, Belgique (2019).

 

À travers Robot-Scope, Stephane Kozik crée une scène onirique proposant un monde dans lequel des machines devenues intelligentes analysent et tentent de comprendre des comportements humains via l’étude de matières organiques ou d’objets. De manière scientifique et anthropologique, elles examinent ces pièces pour en révéler finalement d’autres vérités. Ceci est le synopsis et le point de départ de la réflexion philosophique que cette pièce propose aux spectateurs.

En pointant un laser sur ces objets, une forme apparaît au mur, comme une représentation graphique de la matière que constitue cet objet. Chaque impureté ou changement dans la matière créé un visuel, des formes abstraites, des fantômes, des fractals semblables à des paysages organiques en mouvement. Ces spectres ne sont en réalité que la représentation graphique voir holographique de la structure interne des objets, les donnant à voir sous un jour nouveau, sous une beauté nouvelle.

 

 

Mundaneum, Mons, Belgique (2019).

 

Mundaneum, Mons, Belgique (2019).